Année2019 ClientCOFFIM MissionConcours en cours SiteRueil-Malmaison Superficie2200 m2
Rueil-Malmaison — Construction de 30 logements

Un projet à la frontière entre ville et campagne. Un esprit maisons individuelles. Une capacité bénéfique aux économies d’énergies. La préservation d’une emprise végétale continue favorable à la biodiversité.

Ce lieu est sur une frontière. D’un côté la ville, l’urbain. De l’autre côté, la forêt, le golf, le centre équestre. À quelques encablures, le Paris Country Club, l’hippodrome de Saint Cloud. Exceptionnel de part sa localisation, il est de plus sur une hauteur qui permet de contempler l’ensemble de la ville de Rueil-Malmaison et au-delà. Ce lieu frontière, confronte donc deux aspirations contraires : la ville et le besoin d’être ensemble et les espaces naturels, presque champêtre, avec le besoin de se ressourcer.

Le projet tire son essence de ces aspirations contextuelles paradoxales, ville et champs et la décline dans sa volumétrie, dans ses matériaux, de la plus grande échelle aux plus petits détails.

On y retrouve l’esprit des maisons individuelles, qui, ayant intégré les nécessités du développement durable, se regroupent, s’accolent en deux groupes, permettent une compacité bénéfique aux économies d’énergie et une préservation d’une emprise végétale continue, favorable à la biodiversité.

Chaque habitation parle de l’urbain et du champêtre, par la juxtaposition de ses ensembles constructifs minéral ou à ossature bois. L’assemblage du bois clair et de l’enduit blanc ou gris met en valeur cette discontinuité pour une lecture claire d’une succession de maisons. De légères inflexions sont mises en valeur par la verticalité du bardage bois.

En minimisant la profondeur des bâtis, la majorité des habitats bénéficie d’une double voire d’une triple orientation. Certains sont directement accessibles depuis l’extérieur, depuis les jardins privés ou en empruntant des escaliers extérieurs.

La totalité des habitats bénéficient de larges baies vitrées permettant au soleil d’inonder les intérieurs. Chacun possède un espace extérieur : jardins, terrasses, et la végétation, omniprésente et continue, ceint les immeubles jusqu’aux limites parcellaires.