Année2013 > 2021 ClientCOFFIM MissionComplète Budget11,7 M€ SiteBagnolet Superficie7 012 m2 StatutLivré
Usines Belin — Restructuration d’un patrimoine industriel, construction de 99 logements et 1000 m2 d’espaces d’activités

Organisé autour d’un jardin central, le projet est pensé comme le prolongement du tissu urbain existant.

Concevoir une opération mixte dans le centre-ville de Bagnolet, c’est avant tout prendre conscience du contexte historique industriel local et des dynamiques de transformation urbaine engagées par la municipalité.

Afin d’inscrire le projet dans la continuité du tissu urbain hétéroclite de la ville, il est nécessaire de travailler à plusieurs échelles. D’une part, celle de la ville, en articulant le projet autour d’un jardin public central et accessible depuis deux rues traversant le cœur d’îlot. Une typologie variée d’habitat se dessine afin de s’intégrer dans le bâti du quartier. D’autre part, celle du bâtiment, en tirant parti de la réhabilitation des anciennes usines Belin, inscrites au patrimoine industriel remarquable de la ville de Bagnolet.

Le projet s’inspire de l’existant pour proposer une diversité de volumes, teintes et matières. Une cour d’honneur est recréée avec une nouvelle aile, révélant un pendant contemporain de celle conservée.

Année2013 ClientCOFFIM MissionConcours Budget7 M€ SiteParis X Superficie4 000 m2
Faubourg du Temple — Conception de 60 logements dont 18 logements sociaux

Un socle lié à la cour, un faîte qui parle au ciel et un jardin d’hiver qui unit le haut et le bas.

Accessible par le porche d’un immeuble existant de la rue du Faubourg-du-Temple, ce projet de 60 logements collectifs en cœur d’îlot compose avec toutes les contraintes liées à son environnement urbain dense. L’enjeu est d’imaginer une réponse spécifique et adaptée pour ce quartier à l’identité forte et à la morphologie unique.

Afin d’éviter une construction massive verticale en R+8, le parti pris est de fragmenter le bâtiment en strates horizontales : un soubassement en briques à l’échelle de la cour s’insère dans la typologie des petits ateliers avoisinants. Un étage vitré sépare le soubassement du corps du bâtiment en béton poli blanc qui se confond avec le ciel. La toiture, délimitée par les prospects, prend une forme archétypale, la plus élémentaire et représentative de la fonction d’un habitat.

Année2013 > 2019 ClientCOFFIM MissionComplète Budget3,4 M€ SiteBoulogne-Billancourt Superficie1 575 m2 StatutLivré
Boulogne — Construction de 23 logements et d'un commerce

Par un travail d’échelles, de proportions, et de teintes, l’immeuble s’insère en douceur dans cet îlot dense.

Dans un contexte de densification de la ville, l’opération s’inscrit sur cette parcelle traversante comme un trait d’union entre deux rues et deux typologies d’architecture. Le traitement des façades ainsi que le jeu de niveaux intègrent le bâtiment dans le tissu urbain existant, évitant des ruptures brusques dans les volumétries avoisinantes. Au sein de la parcelle, l’immeuble se développe en U autour d’un patio végétalisé.

Les logements sont tous uniques par leur aménagement et les espaces extérieurs dont ils jouissent : terrasse, loggia ou balcon. L’aménagement des parties communes a été pensé avec soin : la signalétique, les garde-corps, les moquettes, les mosaïques de pierres ont été dessinés sur mesure pour créer un univers singulier et unique. Un toit-terrasse végétalisé offre une vue dégagée sur Paris et la Tour Eiffel.

Année2018 ClientImmobilière 3F
 MissionConcours Budget3,38 M€ SiteBondy Superficie2 252 m2
Bondy — Construction de 35 logements en accession sociale

À rebours des grands ensembles présents sur le site, cette architecture de prismes présente une échelle d’habitats proche du petit immeuble de centre ville adaptée au programme de renouvellement urbain du quartier.

Inscrit dans le cadre du renouvellement urbain du quartier de la Noue-Caillet, ce projet pensé dans la continuité du tissu de la ville de Bondy, redonnera à terme une véritable qualité d’espaces lisibles.

L’enjeu du projet, dans son parti architectural sera de s’insérer dans ce principe urbain, en redessinant les limites d’un nouvel îlot destiné principalement à l’habitation.

Le cœur d’îlot, laissé libre, sera occupé par un parc de stationnement en plein air, disposé dans une enclave à un mètre au-dessous du niveau général de l’îlot. Cette enclave plantée d’arbres en pleine terre, permettra de contenir l’espace du parking, d’en diminuer l’impact visuel par les voitures stationnées en contrebas, et de créer une poche de verdure au sein d’un espace minéral. Ce cœur d’îlot planté participe ainsi au continuum de ceux en vis-à-vis, rue Suzanne Blin et rue Suzanne Buisson.

En collaboration avec Criterium Architecture.

Année2018 > 2021 ClientB&C France MissionEnveloppe Budget6,4 
M€ SiteSaint-Denis Superficie4 900 m2 StatutLivré
Station 84 — Réhabilitation lourde d’un ensemble de bureaux

Bâtiment signal, iconique et hybride, il apporte une réponse aux nouveaux modes de travail.

Sur l’avenue Wilson, l’immeuble bénéficie d’une parfaite visibilité, offrant aux entreprises locataires de la Station 84 une identité visible et forte. L’entrée, premier contact du lieu, est pensée comme un écrin chic, lumineux, et adaptée à l’accueil piéton. Elle joue le rôle de tampon visuel et phonique entre la nouvelle cour et la circulation extérieure.

Depuis la rue Proudhon, l’immeuble appelle à la mémoire du lieu, avec la restauration des façades en briques de l’ancien bâtiment, leur donnant un aspect résolument contemporain. Les ouvertures sont elles aussi repensées dans un élan d’harmonie. La terrasse arrière, au nord, est désormais protégée du bruit et du vis-à-vis et devient un solarium tourné vers la cour.

À l’intérieur de la parcelle, les espaces de convivialité prennent place dans un cœur d’îlot végétalisé. Multiplicité des terrasses, percées visuelles, transformation de l’escalier, forte sensibilité écologique. Tout converge pour donner une cohérence et une identité propre à ce lieu hybride dédié à l’épanouissement personnel et social, et au travail.

Année2016 > 2018 ClientPrivé MissionComplète SiteParis XVI Superficie300 m2 StatutLivré
Villa Chaillot — Restructuration et restauration d’un hôtel particulier de cinq niveaux, aménagement intérieur et décoration

Valoriser le caractère de la maison par un imaginaire audacieux.

Premier bâtiment édifié de cette voie privée du XVIe arrondissement de Paris, cet hôtel particulier présentait à l’origine un caractère anglo-saxon, avec une cour anglaise, un rez-de-chaussée surélevé et un appareillage complexe de briques. Entre restructuration lourde et ajouts contemporains, la maison revêt une nouvelle identité plus forte.

Pensé tout en contraste, le bâtiment se dote d’une baie vitrée double hauteur, de balcons en serrurerie noire fine, et d’un toit-terrasse accessible. La porte d’entrée et l’escalier principal sont déplacés sur le côté afin de créer une véritable entrée et permettre de repenser l’aménagement intérieur, et ainsi gagner en fluidité. L’ensemble des espaces intérieurs est réalisé sur mesure grâce au savoir-faire de nombreux artisans. La cuisine est placée en façade pour profiter d’un apport en lumière naturelle.

Année2019 ClientCOFFIM MissionConcours SiteRueil-Malmaison Superficie2 200 m2 StatutSuspendu
Rueil-Malmaison — Conception de 30 logements

Un projet préservant l’emprise végétale favorable à la biodiversité et aux économies d’énergies.

Situé à Rueil-Malmaison, à la lisière entre ville et forêt, le projet tire son essence de cet environnement ambivalent et la décline dans sa volumétrie et ses matériaux.

On retrouve l’esprit des maisons individuelles, qui, ayant intégré les nécessités du développement durable s’accolent en deux groupes, et permettent une compacité bénéfique aux économies d’énergies et à la préservation de la biodiversité.

Chaque habitation mêle de l’urbain et du champêtre, par la juxtaposition d’ensembles constructifs en béton et à ossature bois. L’assemblage du bois clair et de l’enduit met en valeur cette discontinuité pour une lecture rythmée des façades.

En minimisant la profondeur des bâtis, la plupart des appartements bénéficient d’une double ou d’une triple orientation. La totalité des logements disposent de larges baies vitrées permettant au soleil d’inonder les intérieurs. Chacun possède un espace extérieur : jardin ou terrasse, dont la végétation omniprésente ceint les immeubles jusqu’aux limites parcellaires.

Année2018 ClientDemathieu & Bard Immobilier MissionConcours Budget5 M€ SiteMontreuil Superficie3 000 m2
Montreuil — Conception de 37 logements et 590 m2 d’activités

Imaginé comme un ensemble varié et harmonieux, les bâtiments sont entourés par un espace généreusement végétalisé.

Le projet s’intègre avec soin dans deux contextes différents, celui du cœur d’îlot et celui de la rue. La façade sur rue propose un dégradé de teintes dans son revêtement et un traitement en courbes de ses angles, afin de s’insérer en douceur dans un contexte voué à se densifier. Le reste de la parcelle revêt un caractère de ruelle ou de village, où l’ensoleillement est maîtrisé, les arbres existants sont conservés et les murs pignons limités.

Puisant dans les références historiques du quartier et empruntant au vocabulaire industriel, le projet exprime une certaine pérennité architecturale. L’engagement écologique du projet est renforcé par la végétation omniprésente et continue, qui définie les limites de la parcelle. Les bâtiments adossés les uns aux autres permettent à l’ensemble des appartements de bénéficier d’une double orientation.

Année2019 ClientAltarea Cogedim MissionConcours SiteLe Vésinet Superficie2 213 m2
Foch Le Vésinet — Conception de 33 logements et 1 commerce

Les deux bâtiments semblent toujours avoir été là, comme prévus dans les plans initiaux du quartier.

En centre-ville, à deux pas de la gare, deux bâtiments mitoyens faisant l’angle de la rue du Maréchal-Foch et de la rue Alphonse-Pallu, affirment le caractère urbain de cet axe majeur de la ville. Le premier bâtiment accueille un commerce de 270 m2 au rez-de-chaussée et des logements dans les étages supérieurs. La trame de façade est caractérisée par une succession de bandeaux de pierres apparentes et de moulures d’encadrement.

Les fenêtres en métal noir contrastent avec la clarté des autres matériaux. Le second immeuble reprend l’appareillage polychrome des briques brun-ocre présentes dans la ville et déploie en toiture de larges verrières types atelier d’artiste. L’ensemble immobilier dialogue avec les écritures architecturales avoisinantes, revisitant les codes de la culture urbaine classique européenne.

Année2017 ClientBILTOKI, Open Your MissionConcours Réinventer la Seine Budget3 M€ SiteParis XX Superficie1 250 m2
Food Court — Transformation d'une friche

Transformation d’une friche industrielle des canaux de paris en food-court. Utilisation des transports fluviaux, création d’un endroit de convivialité et expérimentation de différentes facettes du mieux- vivre. Un message environnemental simple véhiculé par un bardage en épaves de navires recyclées.

La Halle de Rouvray, aujourd’hui délaissée, est un élément fort de la mémoire du quartier. Il nous paraît essentiel de permettre aux habitants de s’approprier ce lieu, de s’y sentir libre, d’y déambuler et d’y expérimenter différentes formes de vivre ensemble.

L’implantation du food-court prend la forme d’une seule et même entité à R+1 qui se déploie sur le site dans les volumes existants et s’enroule pour créer une place publique. La vocation environnementale et pédagogique du bâtiment est matérialisée par son bardage constitué d’éléments issus de la dépollution des canaux tels que le bois des épaves de bateaux de plaisance recyclés, ou de matériaux de réemploi de chantiers de la vallée de la Seine acheminés par barges. L’utilité d’un food-court, en plus de la mutualisation des espaces, c’est générer une coéducation des savoirs faire, et se réapproprier des espaces assez facilement d’un point de vue social dans une réalité économique.

Année2019 ClientAltarea Cogedim MissionConsultation SiteSaint-Germain-en-Laye Superficie10 860 m2
Résidence Gaudines — Conception d’un EHPAD, d’une résidence sénior, de logements, d’une crèche et de commerces

Préserver l’alignement paysager existant afin de renforcer le front bâti, de créer de généreux espaces extérieurs et d’offrir de l’intimité aux habitants.

Situé à l’angle des rues des Gaudines et de Témara, ce projet est le point de départ des nouvelles orientations urbaines d’un ancien quartier d’affaires. L’EHPAD, implanté au croisement des deux rues, comporte quatre unités classiques et deux unités Alzheimer.

Les espaces de vie donnent sur l’extérieur, permettant aux résidents de conserver un contact avec la ville, tout en offrant à l’arrière de la parcelle des espaces richement végétalisés. La résidence sénior répond au cahier des charges du Cogedim Club, incluant divers services : restauration, salle de fitness, piscine, salle de cinéma…

À l’extrémité de la parcelle, un ancien immeuble de bureaux est transformé en logements collectifs. Le bâtiment est en recul par rapport à la voie pour préserver l’alignement paysager existant. Ce recul permet d’offrir des espaces extérieurs généreux pour les logements situés en rez-de-chaussée, tout en gardant une certaine intimité. Les derniers étages, placés en retraits, bénéficient de grandes terrasses.

Une crèche et un commerce de proximité sont également intégrés au projet.

Année2013 > 2017 ClientPrivé MissionMissions complètes SiteFrance et Italie
Maisons privées

La conception de chaque maison prend comme origine l’identité du commanditaire, la potentialité poétique du lieu, une rigueur environnementale, une fluidité des espaces et une cohérence des matériaux employés.

Chaque maison que l’on conçoit est la résultante de conditions contextuelles et par conséquence uniques. La maison est un des derniers types d’architectures libres de la plupart des normes. C’est notre responsabilité morale d’en faire bénéficier nos clients.

La conception d’une maison est le résultat d’un mélange précis. Il faut percevoir le génie d’un lieu, c’est à dire sa vibration, ses qualités spécifiques et ses potentialités uniques, plonger dans l’univers intime du futur propriétaire, et d’être à l’écoute des aspirations du monde. L’inspiration créatrice vient des relations que l’on peut tisser entre ces éléments, surtout qu’un projet de maison ne s’arrête pas aux murs de son enveloppe, mais englobe également ses espaces extérieurs.